Discours d'ouverture Marois: Solidarité sociale mise de l'avant

EXTRAIT du discours d’ouverture de Mme Pauline Marois, Journal de l’Assemblée nationale, 31 octobre 2012… Santé / Solidarité sociale / éducation / Famille / 

PHOTO : PC/Jacques Boissinot

 «…. En santé, la prévention demeure de loin le meilleur investissement coût-bénéfice, aussi bien pour l'État que pour les personnes, et c'est dans cet esprit que j'annonce le dépôt, au printemps prochain, d'un livre vert sur une politique nationale de la prévention en santé.

Dans l'immédiat, la priorité du gouvernement consiste à faciliter l'accès rapide à la première ligne. Dans ce domaine, il n'y a pas de solution magique, ainsi le gouvernement va agir sur plusieurs fronts: d'abord, ajout de 50 groupes de médecine familiale d'ici deux ans, 170 médecins de famille de plus d'ici un an; ajout de professionnels et d'infirmières dans les groupes de médecine familiale pour élargir l'accès aux soins; rôle accru des pharmaciens; déploiement des dossiers médicaux électroniques dès l'automne. L'objectif du gouvernement, c'est que, d'ici deux ans, 750 000 Québécois de plus aient accès à un médecin de famille.

Parallèlement, nous devons mieux nous occuper de nos aînés et des adultes en perte d'autonomie. Ces personnes désirent demeurer chez elles, près de leurs proches, plutôt que de se retrouver dans un établissement de santé ou de soins. C'est pourquoi le gouvernement lancera une politique nationale de soins et de services à domicile.

Cette réforme majeure débutera dès cet automne avec un groupe de travail sur la création d'une assurance autonomie. D'ici là, nous mettrons l'accent sur les soins à domicile pour nos aînés et les autres adultes en perte d'autonomie. Une telle politique répondra aux désirs des gens, dégagera des lits pour désengorger l'urgence, soulagera les proches aidants et nous permettra, comme société, de contrôler les coûts liés à la santé. Je veux que vous sachiez une chose: en plus de correspondre au souhait des gens, les soins à domicile coûtent quatre fois moins cher à l'État que les soins à l'hôpital. Il est plus que temps d'aller de l'avant avec une telle politique.

La solidarité passe aussi par l'appui que nous offrons aux jeunes les plus vulnérables de notre société. Notre gouvernement mettra tout en œuvre pour offrir aux jeunes en détresse le soutien dont ils ont besoin pour retrouver l'espoir et participer pleinement à notre société.

En matière de condition féminine, le gouvernement a décidé de s'attaquer aux violences faites aux femmes. Un plan d'action gouvernemental pour contrer la violence conjugale sera rendu public d'ici quelques semaines. Nous allons nous attaquer très résolument à ce fléau.

Nous avons une responsabilité de solidarité envers les moins fortunés d'entre nous. Avoir un logement décent à un coût raisonnable constitue un besoin fondamental, et c'est pour cette raison que nous allons accélérer la réalisation de logements sociaux et communautaires afin de les rendre disponibles le plus rapidement possible. À terme, nous visons 3 000 logements de plus par année.

En amont, il faut aussi s'occuper des personnes qui vivent le drame de l'itinérance, un phénomène qui présente plusieurs visages et qui ne se limite plus seulement au milieu urbain. Ces hommes, ces femmes, parfois ces enfants souffrent de conditions de vie qui peuvent être misérables, et c'est le devoir du gouvernement de les aider. Nous le ferons en déployant une politique gouvernementale en matière d'itinérance.

Nous lancerons également, d'ici le printemps prochain, le deuxième plan d'action en santé mentale ainsi que le plan d'action pour la lutte contre le cancer.

Enfin, mon gouvernement a bel et bien l'intention de mettre en œuvre les recommandations du rapport de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité, avec une politique des soins palliatifs et, ensuite, en déposant un projet de loi dans la prochaine année. Nous pourrons le faire en nous inspirant de la députée de Joliette qui, avec ses collègues de la commission, a réalisé sur cette question un travail absolument remarquable, marqué du sceau d'une grande sensibilité humaine.

La solidarité doit demeurer une valeur importante de notre société et elle doit avoir une signification pour chacun d'entre nous. Je pense en particulier à ceux d'entre vous qui travaillez fort, qui élevez vos enfants, qui payez vos impôts. L'action du gouvernement en matière de solidarité visera donc aussi à rétablir l'équilibre en faveur des familles. C'est la raison pour laquelle, en modifiant la taxe santé, nous soulagerons 3 millions de Québécois, dont beaucoup d'aînés, en transférant un fardeau fiscal de 400 millions de dollars des moins riches vers les plus fortunés.

L'effort que notre gouvernement compte faire pour aider les familles ne s'arrête pas là. La décision de geler les tarifs de garde jusqu'à ce que le réseau soit complété épargnera une nouvelle hausse aux jeunes familles… »